Comment choisir le meilleur format audio pour sa musique ?

Dernière mise à jour: 26.07.21

Notre site Web est soutenu par vous, les lecteurs. Lorsque vous achetez via les liens sur notre site, nous pouvons gagner une petite commission d'affiliation. Consultez ici plus d'informations sur nous.

 

De sa conception en acoustique sur une simple guitare folk, une chanson ou une œuvre musicale passe plusieurs paliers avant d’arriver au niveau de qualité du produit fini. Mais cette configuration ne constitue pas la dernière étape. Vous pouvez encore sélectionner plusieurs versions de fichiers, pour le meilleur plaisir d’écoute.

 

Quelques notions techniques de base

La plus grande partie des consommateurs de produits audio se contentent de ressentir l’émotion apportée par chaque œuvre, et de profiter du son qui constitue ainsi une douce musique à leurs oreilles. Mais avant d’en arriver à ce stade, cet enchaînement de mélodies et de rythmes est pourtant passé par des phases d’élaboration plus ou moins compliquées et complexes, aussi bien à réaliser qu’à comprendre. 

Néanmoins, il importe désormais d’en apprendre le minimum, afin de saisir toute la valeur technique d’une chanson. En gros, un morceau musical se résume à un groupe de signaux assemblés et mis en harmonie pour pouvoir fournir une seule et même structure. Celle-ci sera diffusée sur une fréquence unique, audible à l’oreille humaine et qui génère ainsi cette sensation d’appréciation, ou au contraire, d’appréhension. Pour ne pas aller trop loin dans un cours théorique en université spécialisée, vous devez connaître deux notions essentielles pour la fabrication de la musique, à savoir la fréquence d’échantillonnage et la profondeur de bits.

Avec la disparition des anciennes technologies comme la bande magnétique ou les fichiers DAT qui servaient de matrice pour une cassette à double face, le choix se pose aujourd’hui pour savoir quel est le meilleur format audio à utiliser sur une compilation. Avec l’arrivée des traitements numériques, la fréquence d’échantillonnage est devenue un critère important pour définir la beauté du résultat sonore. En général, la qualité du CD audio reste une référence en la matière, pour la limpidité et la consistance de la diffusion qu’elle partage. 

Le format de fichier audio dans lequel se dévoile la musique enregistrée suit, dans cette configuration précise, une fréquence d’échantillonnage de 44,1 kHz. La traduction en termes profanes signifie que la mélodie jouée par le musicien passe par 44.100 analyses à la seconde, effectuées par les appareils d’enregistrement. De cette manière, il est facile de recueillir le maximum de données exploitables possibles dans cette plage de fréquence.

En parallèle, avec le retrait de l’analogique au profit du numérique, tout fonctionne aujourd’hui autour de la notion de bit. Même si votre activité actuelle n’a plus rien à y avoir, vous avez appris en classe élémentaire les principes de codage et de décodage. L’objectif de ces activités numériques consistait à ramener n’importe quelle valeur, suivant une base indiquée, à 1 ou à 0. 

Ce principe est simplement repris dans la définition de la profondeur de bit, en matière de travail du son. Lorsque les mélodies jouées par le musicien entrent dans les ordinateurs d’un studio d’enregistrement, chacun des signaux est numérisé, c’est-à-dire converti en une suite interminable de 1 et de 0. Le format audio final ainsi obtenu sera d’autant plus intéressant que la profondeur de bits est importante. En interprétation libre, cette indication concerne la quantité d’informations enregistrées sur une période définie. Il faut juste comprendre que plus la valeur est élevée, plus les données exploitables sont nombreuses, et donc meilleure sera la qualité du produit final.

Les différents formats audio

Le son laser dont a bénéficié le désormais classique disque compact ou CD depuis des décennies reste aujourd’hui encore une base en matière d’amélioration de la qualité sonore. Avec un enregistrement effectué en 16 bits et à 44.1 kHz, cette valeur a été prise pour référence durant plusieurs années. Néanmoins, la technologie appelle l’évolution et vice-versa, et de nombreuses avancées ont été expérimentées, adoptées ou oubliées dans la recherche des meilleurs formats de fichier audio et / ou vidéo susceptibles de concilier à la fois l’aspect ludique et pratique. 

Dans tous les cas, la lutte pour découvrir quel est le meilleur format audio a abouti à de nombreux résultats. Vous pouvez aujourd’hui choisir celui qui vous convient, en fonction de vos besoins, mais aussi et surtout, selon les obligations matérielles qui les conditionnent.

Il est ainsi possible de profiter d’une grande quantité de musique dans un petit espace de stockage, ou au contraire, de devoir disposer d’un lecteur spécifique pour apprécier toute la saveur d’un son de qualité.

 

Les formats avec pertes

Si vous ne demandez pas ce qu’exige un mélomane digne de ce nom en termes de confort pour vos tympans, vous pouvez décider d’adopter les configurations sonores soumises à différents niveaux de compression. Le format mp3 représente certainement le plus connu et le plus populaire, et reste sans aucun doute le plus utilisé encore de nos jours. Il s’agit en fait de la solution la plus vieille mise au point pour répondre à la demande des consommateurs qui veulent disposer de leur musique partout. 

Plus besoin de s’embarrasser à chercher un lecteur CD de salon ou tout autre moyen de diffusion. En parallèle, le principe de compresser en mp3 ses morceaux préférés est devenu une véritable tendance culturelle. En effet, à une époque où les conteneurs numériques se limitaient à un plafond de Mo, il était important de disposer d’un espace où il aurait été possible de stocker le maximum de musique.

Toutefois, avec les recherches toujours de plus en plus poussées, d’autres options sont aujourd’hui disponibles, à l’instar du format aac ou advanced audio coding. Cette option bénéficie de l’utilisation d’un algorithme beaucoup plus efficace dans la procédure de compression, et épargne ainsi une bonne plage de fréquence que ne prend pas en charge un fichier mp3. Ce format a été développé en parallèle ou en simultané par de nombreux géants de l’univers de la musique et du son, mais aussi de l’informatique tels que Bell, Dolby, Sony, Nokia et Panasonic, entre autres. 

Il a par la suite été remultiplexé par la marque à la pomme (Apple) pour ses propres conteneurs dédiés. Une autre option se matérialise également par le format ogg Vorbis, qui bénéficie plus ou moins des atouts apportés par le mp3 et l’aac. Il est surtout utilisé par certaines plateformes internet nécessitant la transmission de données musicales ou vidéo en streaming, en même temps que d’autres types de ressources comme des images ou des textes.

Le principal intérêt d’un fichier audio compressé réside dans sa taille relativement réduite, qui vous permet alors d’en conserver une grande quantité, et d’avoir ainsi toutes vos différentes listes de lecture à portée de la main. Par ailleurs, cette configuration de stockage autorise également un partage rapide et sans problème majeur de décodage, pouvant se manifester par des lenteurs de chargement ou des difficultés de diffusion, dans le cas d’une intégration pour une illustration de site web par exemple.

En contrepartie, ce type de données audio ne vous apportera pas une satisfaction totale en matière de qualité. Comme l’adjectif issu d’outre-Manche lossy l’indique si bien, cette perte de vertu représente le principal défaut des fichiers compressés. La réduction de la taille nécessite en effet l’élimination de certaines plages de fréquences jugées inutiles, et qui participent pourtant à donner du relief à la musique.

Les formats lossless

Vis-à-vis de cette résignation pour des fichiers incolores et sans saveur, les recherches ont continué pour essayer de découvrir quel est le meilleur format audio dans lequel la qualité reste au rendez-vous. Des solutions ont effectivement été trouvées, dont la musique flac figure parmi les têtes de proue. Suivant l’acronyme Free Lossless Audio Codec, il s’agit d’un fichier totalement ouvert dans lequel vous pouvez effectuer jusqu’à une compression de 60%, sans toutefois générer la moindre dégradation. 

L’utilisation d’un fichier flac devient alors possible sur les plateformes de streaming musical, avec une qualité comparable à celle d’un CD audio. Dans cette même optique, le flac évolue en parallèle avec le fichier wav, développé depuis longtemps également par Microsoft. La musique en .wav constitue un élément brut qui n’utilise aucune compression, et offre ainsi une importante qualité d’écoute. Il s’agit certainement du premier format lossless, avant que le principe de convertir wave en mp3 ne gagne les consommateurs en besoin d’espace. 

Apple a pour sa part développé également son propre format alac, pour donner à ses inconditionnels l’opportunité de profiter d’une musique de qualité, et reléguer définitivement le lecteur MP3 à une époque révolue.

Outre ces formats qui commencent à être bien connus et appréciés, une nouveauté suscite également l’intérêt, mais risque cependant de prendre du temps avant de se faire adopter : il s’agit du format DSD. Ce dernier offre un véritable son studio, mais nécessite en contrepartie un matériel plutôt puissant. En effet, un seul morceau configuré dans ce format peut atteindre une taille de 250 Mo. Il vous faudra alors posséder un espace de stockage conséquent. 

Nous raisonnons à l’époque actuelle en termes de To pour les supports informatiques. Malgré tout, la possibilité de disposer de toute votre playlist dans ce format risque quand même d’être encore assez compliquée, compte tenu du coût. Vous aurez également l’obligation de posséder le matériel adapté pour décoder ce type de son.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES

DMCA.com Protection Status