Comment manger des légumes quand on ne les aime pas ?

Dernière mise à jour: 28.11.20

Notre site Web est soutenu par vous, les lecteurs. Lorsque vous achetez via les liens sur notre site, nous pouvons gagner une petite commission d'affiliation. Consultez ici plus d'informations sur nous.

 

Comme toutes les autres interrogations, cette question dispose de plusieurs possibilités de réponse. La plus simple, qui consiste logiquement à juste ne pas en manger, semble désormais hors contexte. En effet, compte tenu des différents vertus et avantages que l’on vante de ces produits, voici quelques conseils pour y répondre.

 

Préparez-vous mentalement

Contrairement à certaines actions que vous pouvez effectuer de manière spontanée, changer de régime alimentaire nécessite une véritable mise en condition. En effet, tout individu habitué à un bon plat de pâtes ou à une belle assiette de côte de porc braisée aura du mal à troquer sa commande pour une salade verte. Mais encore, le simple fait de se retrouver devant un légume peut vous rendre malade ou vous faire perdre certains de vos moyens. 

Néanmoins, aujourd’hui que les légumes sont prouvés comme réellement avantageux pour la santé, vous devez franchir la barrière et commencer à l’inclure dans votre régime alimentaire.

Le premier pas consiste alors à préparer votre esprit à ce changement. Vous pouvez procéder à une petite introspection pour essayer de découvrir et de cadrer les raisons pour lesquelles vous n’aimez pas les légumes. Il peut s’agir d’un mauvais souvenir, notamment celui du forcing effectué par vos parents pour que vous ingurgitiez un plat entier d’aubergine, ce qui vous en a totalement dégoûté. 

Il se peut également que certains aspects du légume déclenchent peu l’envie de le manger, à cause de leur goût, leur texture ou leur odeur. Il se pourrait également que vous fassiez partie des gens peu enclins à essayer ce que vous ne connaissez pas. Par conséquent, à force de manger de manière invariable – toujours des pommes de terre en purée ou en frites, par exemple -, vous en avez assez et ne voulez plus en entendre parler. 

Lorsque vous avez réussi à cerner le principal facteur de blocage, vous pouvez alors avancer vers la prochaine étape. Celle-ci consiste à adopter la meilleure solution qui vous permettra d’outrepasser votre lachanophobie.

Avancez à pas de fourmi

Quand vous avez défini le principal objet de votre aversion pour les légumes, il vous sera alors plus facile de renforcer votre volonté de ressembler à tous ceux qui bénéficient de bienfaits de ce produit naturel. Pour vous encourager, donnez-vous tous les moyens d’y parvenir. Disposer d’une râpe à légumes électrique peut vous aider en ce sens. À la vue de l’objet, vous vous rappellerez en effet que vous vous êtes mis au défi de consommer désormais un légume, jusqu’à pouvoir réussir à en manger cinq par jour.

Toutefois, la meilleure technique consiste à avancer petit à petit, pour laisser à votre esprit le temps de vous convaincre des avantages de ce que vous effectuez, à savoir recommencer à intégrer des légumes dans votre régime alimentaire. Vous pourrez ainsi débuter par un produit que vous pourrez manger cru, sans la moindre préparation, dans son aspect naturel. 

Une petite carotte pour commencer, ou même la moitié, constitue par exemple un bon premier pas. Si la forme naturelle ne vous attire pas, vous pouvez la découper ou la râper pour une présentation plus appétissante. Au besoin, vous pouvez y rajouter un peu d’assaisonnement, pour rehausser un peu le goût. Au fil des jours, vous pouvez ensuite augmenter la quantité, et surtout la variété, pour habituer vos papilles aux différentes possibilités de saveurs.

 

Changez radicalement suivant votre propre tempérament

Si vous avez une personnalité plutôt prononcée, vous avez la possibilité de changer le cours de votre vie du jour au lendemain. Lorsque vous avez compris pourquoi vous n’aimez pas les légumes, vous avez alors deux choix possibles. Le premier consiste à continuer à ne pas les aimer, tandis que le second se matérialise par une décision de les adopter dans votre nutrition. 

Dans les deux cas, tout comme vous avez réussi pendant des années à ne pas en manger, vous pouvez aussi réussir à en prendre sans trop sourciller. Après tout, ils sont réputés disposer de nombreuses vertus favorables à la santé, alors pourquoi s’en priver ? Vous avez bien, à certains moments, été obligé d’avaler des médicaments ou autres remèdes au goût affreux et à la texture douteuse, alors vous mettre au légume ne devrait pas être plus difficile.

Si vous faites partie de ce genre de personnalité, vous avez déjà effectué plus de la moitié du chemin. Néanmoins, un conseil essentiel reste à respecter. Pensez à varier le produit autant que possible à chaque consommation. Il existe autant, sinon plus de légumes que de nombre de jours dans un mois, vous pouvez donc effectuer à l’avance une liste de ce que vous prévoyez de manger pour toute l’année. Par ailleurs, les produits de saison vous permettent de ne pas revenir sur un seul légume trop souvent, sauf si vous avez appris à bien l’apprécier.

Variez vos préparations

Si le concept de la consommation au naturel ne vous réussit pas, vous pouvez recourir à de nombreux autres moyens de manger régulièrement vos légumes. Chacun de ces produits peut en effet s’utiliser de deux manières, à savoir crus ou cuits. Dans le premier cas, vous pouvez opter pour la classique assiette de crudités, dans lesquels ils sont coupés en morceaux identiques. Vous ne les reconnaîtrez donc plus qu’à leur goût.

Dans le second cas, l’option de la cuisson vous propose encore de nombreuses autres spécificités. En soupe, sauté, à la vapeur ou frit, il vous appartient de définir quelle recette vous conviendra le mieux pour chaque composition.

Une autre possibilité pour faciliter la consommation des légumes consiste également à appliquer l’art du camouflage. Même si cette technique fonctionne surtout avec les enfants, elle peut également favoriser votre volonté de réintégrer les légumes dans votre régime. En les incorporant dans une préparation qui ne pourra plus les mettre en évidence, vous pourrez avoir la possibilité d’en manger une bonne quantité sans vous en rendre compte. Essayez par exemple de les intégrer dans des jus, des verrines ou des recettes de pâtisserie.

 

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
DMCA.com Protection Status