L’huile moteur 5w40 — pour quel type de voiture?

Dernière mise à jour: 26.10.20

 

 

Il existe plusieurs types d’huiles moteur sur le marché. Ils possèdent chacun une viscosité adaptée aux différentes variations de température que peut rencontrer un moteur. L’huile 5W40 fait partie de ces lubrifiants avec une utilisation qui va dépendre du type de moteur, mais également d’autres spécificités qu’il est nécessaire de connaître.

 

Les spécificités de l’huile 5W40

Une huile moteur a différents rôles à savoir la lubrification, la protection, le nettoyage et le refroidissement des éléments du système de motorisation. Ce type de lubrifiant sert également à réduire les résistances liées aux frottements entre les parties mécaniques d’un moteur. Cela permet de réduire sa température et de le protéger contre les usures. Il sert aussi à garder le moteur propre en éliminant les impuretés pouvant avoir des effets corrosifs ou polluants.

Par ailleurs, les huiles de moteurs actuels sont dotées d’additifs chimiques qui les rendent plus performants que les anciens types de lubrifiants appelés minéraux. Cette performance est notée par la norme SAE ou Society of Automotive Engineer suivie de chiffres qui indiquent la viscosité de l’huile. Plus ce chiffre est élevé, plus l’huile sera visqueuse. Pour le cas du lubrifiant 5W40, vous retrouverez l’indicatif W dans la notation de la performance. Il indique les conditions climatiques dans lesquelles le produit a été testé. Le premier chiffre 5 signifie qu’à une température basse, l’huile restera très fluide. Le deuxième chiffre 40 signifie qu’à une température élevée, c’est-à-dire quand le moteur est fortement sollicité, l’huile restera visqueuse.

Les spécificités de l’huile 5W40
Spécificités du lubrifiant 5W40

 

Les huiles 5W40 et 5W30 peuvent être partiellement ou à 100 % synthétiques. Contrairement aux huiles minérales, les composants de ces huiles sont développés en laboratoire. Ce qui signifie qu’elles disposent d’une conception plus poussée et sont plus adaptées aux moteurs modernes. En effet, ces huiles de synthèses sont accompagnées de plusieurs additifs qui ont pour but de protéger le moteur contre les usures et les impuretés qui pourraient l’endommager. 

Le lubrifiant moteur 5W40 possède de ce fait, des propriétés qui lui sont propres et qui peuvent parfois dépendre de ses fabricants avec le rajout d’additifs. Avant de choisir cette huile pour votre moteur dans ce cas, vous devrez déterminer si ses spécificités conviennent à votre moteur. Certaines marques automobiles recommandent d’ailleurs l’utilisation d’huiles respectant des normes spécialement conçues par elles-mêmes pour garantir le bon fonctionnement du moteur de  leur modèle de voiture. Volkswagen, Fiat, Audi, Nissan et beaucoup d’autres constructeurs en font partie et ont défini des normes spécifiques pour leurs moteurs. Il faut savoir que l’utilisation de ces huiles spécifiques n’est pas obligatoire. Toutefois, cela peut entraîner quelques imperfections dans le fonctionnement de votre moteur si vous décidez d’utiliser un autre lubrifiant que ceux qui sont recommandés par le constructeur.

Afin de remédier à ce souci, vous devez faire en sorte d’utiliser un lubrifiant de la même caractéristique que celui qui est proposé par le constructeur.  De ce fait, même si la 5W40 est une huile peu chère, il faut veiller à ce qu’elle soit compatible avec votre moteur, selon les indications du constructeur, avant de l’utiliser.

 

Choisir son huile

Pour choisir une bonne huile pour votre véhicule, il faut vérifier le type de lubrifiant qui convient à votre moteur en vérifiant le manuel de votre véhicule ou en consultant un professionnel. L’information dont vous aurez besoin concerne la viscosité de l’huile qu’il faut utiliser. Une fois le type d’huile déterminé, il vous faudra vérifier les normes qui conviennent aux moteurs.

La norme ACEA est à voir en premier sur le bidon avant l’achat. Elle permet de déterminer la qualité du lubrifiant codifiée par la lettre A pour une huile adaptée à un moteur à essence. Si le code est devancé par la lettre B, il s’agira d’une huile pour les voitures de tourisme, mais avec un moteur diesel. Les lettres C et E sont également pour des moteurs diesel, mais avec des besoins spécifiques. Le label SAE quant à lui utilise la notation xWx comme sur les lubrifiants 5W40. Ces 2 normes sont inscrites sur le dos du bidon et vous aident à vous référer en prenant compte des indications du manuel d’utilisation de la voiture.

 

Retrouvez ici une liste des meilleures offres du moment

 

 

Pourquoi choisir une 5W40 ?

Les huiles synthétiques sont plus efficaces et de meilleure qualité que les huiles minérales. Elles ont été spécialement conçues pour les moteurs modernes, qu’ils fonctionnent au gasoil ou à l’essence. Si vous possédez une voiture dotée d’un moteur moderne, le lubrifiant 5W40 vous sera recommandé par la plupart des garagistes et des constructeurs. Pour les moteurs anciens de plus de 30 ans, cette huile est par contre, formellement déconseillée.

Néanmoins, en l’utilisant sur les voitures adaptées, la 5W40 a des caractéristiques qui apporteront de la performance à votre moteur. Tout d’abord, elle facilite son démarrage à froid. En effet, son faible indice de viscosité à froid signifie que l’huile sera très fluide lorsque le moteur est à une température basse. Les divers éléments du moteur seront donc correctement lubrifiés afin de réduire les frottements. Cela permet d’effectuer plus efficacement le démarrage. Par ailleurs, sa grande viscosité à température élevée garantit que l’huile ne se rompra pas lorsque le moteur tourne à plein régime.

Quand utiliser une huile 5W40?
Pour quel moteur utiliser l’huile 5W40 ?

 

Pour s’en assurer, il faut savoir que la température minimale extrême dans laquelle la viscosité du 5W40 a été testée est d’environ -25 °C. La maximale quant à elle atteignait les 150 °C. En d’autres termes, elle a été testée pour fonctionner correctement, peu importe le climat environnant. C’est donc une huile de qualité qui peut supporter n’importe quelle condition climatique à laquelle le moteur est exposé.

En outre, le 5W40 vous permet d’économiser du carburant et de réduire la fréquence des vidanges. En effet, les moteurs diesels modernes n’effectueront cette procédure que tous les 20 000 km voire après 30 000 km en utilisant ce lubrifiant. Pour les moteurs à essence, l’intervalle sera de 10 000 à 15 000 km.

Ce type d’huile protègera également et de manière efficace vos catalyseurs. Pour les voitures utilisant le diesel ou l’essence, si celles-ci ne possèdent pas de filtres à particule (FAP), l’utilisation d’une huile 5W40 est recommandée surtout si vous roulez fréquemment en zone urbaine ou sur les autoroutes.  En d’autres termes, elle est recommandée si le moteur est sollicité de manière fréquente et que vous poussez votre moteur à fond la plupart du temps.

 

Viscosité de l’huile moteur : la comprendre pour pouvoir la choisir

 

 

Une bonne huile permet de préserver le moteur contre l’usure et offre un gain de performance à ce dernier. Dans ce cas, avant d’acheter ce type de lubrifiant, la propriété qu’il faut regarder en premier lieu pour déterminer sa performance est la viscosité.

 

Le rôle d’une huile moteur

Une huile moteur sert avant tout à lubrifier. Certaines pièces mécaniques du moteur effectuent des frottements qui, à long terme, peuvent user les pièces. Pour protéger ces pièces contre l’usure, l’huile forme une couche fine entre ces éléments pour en réduire le frottement. Le fait de réduire les frottements des pièces comme le vilebrequin, piston ou arbre à cames permet aussi de réduire la température. L’huile effectue en quelque sorte une régulation de la température. La présence de circuit de refroidissement reste cependant primordiale pour garder le moteur à une température acceptable.

Son deuxième rôle est la protection contre la corrosion. Une fuite de la chambre de combustion peut en effet entraîner la présence d’oxygène dans certaines parties du moteur. Des acides corrosifs peuvent se former et endommager le moteur dans ce cas. L’huile moteur permet d’éviter la corrosion. Elle peut aussi avoir des propriétés renforcées par des additifs pour lutter contre ce problème.

L’huile permet également de nettoyer le moteur. Du fait de l’usure des pièces, des microparticules peuvent se détacher et à ceux-ci s’ajoutent les dépôts boueux divers. L’huile les entraîne sur son passage jusqu’à ce que ceux-ci finissent par repasser dans le filtre à huile. Là, les particules sont ensuite retenues et l’huile repart vers le moteur. Sans le filtre à huile, ces particules pourraient endommager les autres parties du moteur. Pour pouvoir remplir correctement son rôle, il faut que l’huile ait une viscosité optimale.

 

Qu’est-ce que la viscosité ?

La viscosité permet de mesurer la capacité d’un liquide à s’écouler et à rester en contact avec son support selon sa température. Elle s’exprime donc en deux grades, l’une mesurée à basse température et l’autre à haute température. La valeur de ces deux grades est mesurée en nombre qui croît en fonction de la viscosité. De ce fait, plus la viscosité est élevée, plus la valeur mesurée est grande. Un liquide visqueux est plus gluant et s’écoule moins lentement. Un liquide est fluide lorsqu’il a une texture plus fine, qu’il s’écoule plus rapidement et se décroche rapidement de son support.

Par ailleurs, la viscosité de l’huile peut se mesurer par l’intermédiaire de deux unités de mesure à savoir le centipoise et le centistoke. Il faut savoir que 1 poise correspond à 1 Pascal/seconde et 1 centipoise équivaut à 0,01 poise donc 1 centistoke correspond à 1mm²/seconde. Ces unités permettent de mesurer le temps mis par un fluide pour traverser un réseau de capillarité. Ces mesures sont normalisées en utilisant des orifices particuliers et calibrés avec précision. Les valeurs mesurées sont associées à des grades qui correspondent à la viscosité selon la température ambiante lors de l’expérimentation. Les grades mesurés sont ensuite séparés par la lettre W (winter), qui fait référence surtout à la viscosité à froid. Par exemple, une huile 20W50 possède une viscosité à froid de grade 20 et de grade 50 quand elle est à chaud.

 

La viscosité à froid

La viscosité à froid aussi appelée dynamique est mesurée en centipoise. Elle correspond à une utilisation du moteur au repos ou au démarrage. Au démarrage du moteur, une pompe aspire l’huile pour qu’elle puisse lubrifier les parties mécaniques du moteur. L’huile doit donc être suffisamment fluide pour être aspirée facilement et se glisser rapidement sur ces parties avant que le travail ne commence.

Si le moteur est exposé à de basses températures avant le démarrage, l’huile aura tendance à gagner en viscosité. Or, une huile visqueuse s’écoule plus lentement et le moteur pourrait être endommagé s’il n’est pas bien lubrifié. C’est pour cette raison qu’il faut choisir une huile possédant une faible viscosité à froid si vous êtes exposés à de basses températures. Par exemple, une huile de viscosité 0W peut rester fluide jusqu’à -40 °C et Une huile de 25 W peut rester fluide seulement jusqu’à -15 °C. En choisissant une 25W alors que la température de votre milieu peut descendre en dessous de -8 °C, vous risquez donc d’avoir une huile gelée. Il vous faudra ainsi choisir une huile avec la référence 0W pour éviter ce risque.

 

 

La viscosité à chaud

La viscosité à chaud ou cinématique est mesurée en centistoke, à une température de 100 °C. La viscosité à chaud correspond à une utilisation lorsque le moteur est en action. Dès lors que ce dernier est en forte utilisation, il génère une très haute température.

Une huile normale a tendance à perdre de sa viscosité lorsque la température augmente. Ce n’est pas le cas pour une huile moteur, car celle-ci, synthétique ou semi-synthétique, possède des additifs qui modifient ses propriétés.

Ainsi, même à haute température, l’huile maintient une viscosité optimale. Cette caractéristique lui permet de rester accrochée aux parois des parties mécaniques. Si elle est trop fluide, elle glissera et il n’y aura plus de lubrification. Le moteur sera alors endommagé par les frottements. En outre, un moteur utilisé intensivement doit se servir d’une huile à grande viscosité à haute température.

 

La norme SAE

La notation xWx est une notation de la viscosité d’huile provenant de la SAE. Cette notation est dite multigrade, car elle renseigne sur la viscosité à chaud et à froid du lubrifiant. Une notation du type SAE xW ou SAE x est monograde, car elle ne renseigne que sur une viscosité de l’huile. Selon la notation multigrade, avec un premier chiffre très bas (0) et un deuxième chiffre très haut (60), l’huile serait idéale. Mais en réalité, une huile qui serait notée 0W60 entraînerait une surconsommation.

Le tableau officiel des indices de viscosité de la SAE permet de visualiser le grade des huiles moteur ainsi que la viscosité de chacune selon une température donnée. Par exemple, une SAE 0W possède une viscosité de 6 200 centipoises à -35 °C. Une SAE 20 possède une viscosité minimale supérieure à 5,6 centistokes à 100°.

La SAE est une norme de mesure pour la viscosité d’une huile. Il existe aussi d’autres normes qui qualifient les huiles selon d’autres critères tels que la qualité ou les performances de l’huile. En ce sens, il est également possible d’avoir les normes API, ACEA et ISO par exemple.

 

 

Après avoir parcouru plusieurs milliers de kilomètres, un moteur ne sera plus aussi performant qu’avant, même avec un bon entretien. De plus, si la voiture elle-même date d’une certaine époque, la fatigue du moteur n’en sera que plus évidente. Pour permettre à celui-ci de fonctionner plus longtemps malgré son âge, il faudra continuer à l’entretenir correctement en choisissant l’huile qui lui convient.

 

Les moteurs anciens et récents

Il est important de souligner que sur le marché, il existe deux types de moteurs qui utilisent essentiellement des lubrifiants. Cependant, chacun d’entre eux n’a pas les mêmes besoins. Ce qui va demander aux propriétaires d’avoir une attention particulière dans le choix de l’huile moteur qui servira pour entretenir le mécanisme de la motorisation.

D’un côté, vous avez les voitures de collections c’est-à-dire, celles qui sont sorties avant les années 60 et dont les moteurs sont très différents de ceux des voitures modernes. Vous avez aussi les voitures moins âgées et qui affichent plus de 20 000 km à leur compteur. Ces deux types de véhicules n’ont pas les mêmes besoins en termes de lubrifiant. Il sera de ce fait, nécessaire de déterminer la meilleure huile moteur pour chaque type de moteur pour éviter l’usure trop rapide des pièces.

 

Les normes à connaître concernant les lubrifiants pour moteur

Pour que vous puissiez comprendre les recommandations techniques concernant les huiles moteur, il est important de s’informer sur les normes y afférentes. Il y a en premier lieu la norme SAE ou Society Of Automotive Engineer. Cette dernière informe sur la viscosité d’une huile. Par exemple, une indication SAE50 correspondra à la fluidité de l’huile à 100 ° C. Le SAE 20W50 indique la viscosité de l’huile à froid (20) et à chaud (50). La mesure est monograde lorsqu’elle ne concerne qu’une seule température et multigrade lorsqu’elle s’effectue sur plus d’une température. Par ailleurs, plus le chiffre indiqué est grand, plus l’huile est visqueuse donc moins fluide.

Outre ces points, la norme API ou American Petroleum Institute utilise deux lettres pour caractériser les lubrifiants. La première lettre désigne l’usage destiné au moteur c’est-à-dire S pour l’essence et C pour le diesel. La deuxième lettre fait référence à la composition des lubrifiants. SA désigne de ce fait, l’huile minérale brute et SB l’huile minérale à laquelle deux autres additifs ont été ajoutés. Pour ce qui est des lettres SC, elles désignent les huiles détergentes si SD est une amélioration de cette dernière. Ces dernières ont encore évolué avec le temps pour donner les lubrifiants SE. Toutefois, vous avez aussi le sigle SF désignant l’huile qui détient des propriétés anti usures et SG qui est spécifique avec ses propriétés anti dépôt, optimisées.

5W40 ou 5W30 ?
Quelle est la différence entre une huile 5w30 et 5w40 ?

 

Quant aux différents types de lubrifiants, vous avez sur le marché l’huile minérale, synthétique et semi-synthétique. La première n’est rien d’autre que du pétrole brut raffiné qui s’utilisait sur les premiers modèles de voiture. Elle subira ensuite un raffinage avant d’être utilisée sur des modèles de moteur plus récents. 

Les huiles synthétiques sont quant à elles conçues entièrement en laboratoire. Elles contiennent des additifs qui ont pour but de protéger plus efficacement les moteurs modernes contre la rouille, les graisses ou l’usure. Et enfin, les huiles semi-synthétiques sont un mélange d’huiles minérales et synthétiques. Il faut cependant faire attention, car bien que les huiles modernes soient plus efficaces pour protéger les moteurs des voitures contemporaines, elles ne conviennent pas forcément aux anciens types de moteurs.

 

 

Différences entre huile pour moteur moderne et lubrifiant pour voiture ancienne

Les huiles moteur actuelles sont différentes des lubrifiants qui ont été utilisés il y a de cela quelques décennies. En effet, les spécificités des anciens moteurs ne sont pas les mêmes que celles des modèles actuels. Les huiles qui étaient utilisées et qui pourraient être considérées de mauvaise qualité pour les moteurs actuels, conviennent parfaitement aux pièces de l’époque. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle certains constructeurs imposent l’utilisation d’anciens types d’huiles pour les anciens modèles de moteur.

Il faut aussi noter de ce fait qu’une bonne huile pour un véhicule moderne peut endommager un moteur âgé dans certains cas. En effet, à une certaine époque, le lubrifiant servait aussi à refroidir le bloc moteur. Actuellement, les liquides de refroidissement accomplissent parfaitement ce rôle, si bien que les huiles moteur ont perdu certaines propriétés chimiques visant à remplir cette fonction. Une huile moderne ne sera donc pas apte à refroidir comme il se doit la motorisation d’un véhicule ancien.

La formation de la calamine permettait également aux anciens moteurs de fonctionner mieux en facilitant la compression dans les cylindres. Face à cela, les huiles modernes contiennent des détergents ainsi que d’autres additifs qui décrochent ces particules et pourraient les envoyer dans le circuit de lubrification. Si cela se produisait, le moteur se détériorerait plus rapidement.  

Périodicité de la vidange
Quand faire la vidange ?

Quelques recommandations pour les vieux moteurs

Si le constructeur de votre moteur n’impose pas de normes à suivre, des sites spécialisés pourront vous aider à trouver une huile peu chère et qui conviendrait à votre moteur de voiture ancienne. Selon les experts de ces sites, pour un moteur datant d’avant 1930, les huiles minérales dites monogrades, dénuées d’additifs ou avec au minimum une anti-usure, sont recommandées. Entre 1950 et 1970, la norme API SF ou SG est à prioriser si vous utilisez un filtre à huile. Les vidanges devront s’effectuer tous les 2 500 km si vous n’utilisez pas de filtre à huile et tous les 5 000 km si votre moteur en est équipé.

Pour ce qui est des moteurs à fort kilométrage, il faut savoir que plus un moteur sera usé, plus il y aura des frictions entre les éléments mécaniques qui le composent. Il est de ce fait important d’avoir une huile bien visqueuse et qui a la capacité de s’agripper plus facilement sur les parois de chaque pièce. En effet, les frottements feront chauffer le moteur. Ce qui signifie qu’une huile dotée d’un indice à chaud élevé sera plus résistante face aux frictions. Il faudra aussi tenir compte des conditions climatiques dans lesquelles sera exposé le moteur, surtout en période de grand froid. Un indice faible signifiera que l’huile reste fluide même en période hivernale. Cela sera utile pour éviter d’endommager le moteur lorsque vous le démarrez à froid.

 

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
DMCA.com Protection Status