Viscosité de l’huile moteur : la comprendre pour pouvoir la choisir

Dernière mise à jour: 09.12.19

 

 

Une bonne huile permet de préserver le moteur contre l’usure et offre un gain de performance à ce dernier. Dans ce cas, avant d’acheter ce type de lubrifiant, la propriété qu’il faut regarder en premier lieu pour déterminer sa performance est la viscosité.

 

Le rôle d’une huile moteur

Une huile moteur sert avant tout à lubrifier. Certaines pièces mécaniques du moteur effectuent des frottements qui, à long terme, peuvent user les pièces. Pour protéger ces pièces contre l’usure, l’huile forme une couche fine entre ces éléments pour en réduire le frottement. Le fait de réduire les frottements des pièces comme le vilebrequin, piston ou arbre à cames permet aussi de réduire la température. L’huile effectue en quelque sorte une régulation de la température. La présence de circuit de refroidissement reste cependant primordiale pour garder le moteur à une température acceptable.

Son deuxième rôle est la protection contre la corrosion. Une fuite de la chambre de combustion peut en effet entraîner la présence d’oxygène dans certaines parties du moteur. Des acides corrosifs peuvent se former et endommager le moteur dans ce cas. L’huile moteur permet d’éviter la corrosion. Elle peut aussi avoir des propriétés renforcées par des additifs pour lutter contre ce problème.

L’huile permet également de nettoyer le moteur. Du fait de l’usure des pièces, des microparticules peuvent se détacher et à ceux-ci s’ajoutent les dépôts boueux divers. L’huile les entraîne sur son passage jusqu’à ce que ceux-ci finissent par repasser dans le filtre à huile. Là, les particules sont ensuite retenues et l’huile repart vers le moteur. Sans le filtre à huile, ces particules pourraient endommager les autres parties du moteur. Pour pouvoir remplir correctement son rôle, il faut que l’huile ait une viscosité optimale.

 

Qu’est-ce que la viscosité ?

La viscosité permet de mesurer la capacité d’un liquide à s’écouler et à rester en contact avec son support selon sa température. Elle s’exprime donc en deux grades, l’une mesurée à basse température et l’autre à haute température. La valeur de ces deux grades est mesurée en nombre qui croît en fonction de la viscosité. De ce fait, plus la viscosité est élevée, plus la valeur mesurée est grande. Un liquide visqueux est plus gluant et s’écoule moins lentement. Un liquide est fluide lorsqu’il a une texture plus fine, qu’il s’écoule plus rapidement et se décroche rapidement de son support.

Par ailleurs, la viscosité de l’huile peut se mesurer par l’intermédiaire de deux unités de mesure à savoir le centipoise et le centistoke. Il faut savoir que 1 poise correspond à 1 Pascal/seconde et 1 centipoise équivaut à 0,01 poise donc 1 centistoke correspond à 1mm²/seconde. Ces unités permettent de mesurer le temps mis par un fluide pour traverser un réseau de capillarité. Ces mesures sont normalisées en utilisant des orifices particuliers et calibrés avec précision. Les valeurs mesurées sont associées à des grades qui correspondent à la viscosité selon la température ambiante lors de l’expérimentation. Les grades mesurés sont ensuite séparés par la lettre W (winter), qui fait référence surtout à la viscosité à froid. Par exemple, une huile 20W50 possède une viscosité à froid de grade 20 et de grade 50 quand elle est à chaud.

 

La viscosité à froid

La viscosité à froid aussi appelée dynamique est mesurée en centipoise. Elle correspond à une utilisation du moteur au repos ou au démarrage. Au démarrage du moteur, une pompe aspire l’huile pour qu’elle puisse lubrifier les parties mécaniques du moteur. L’huile doit donc être suffisamment fluide pour être aspirée facilement et se glisser rapidement sur ces parties avant que le travail ne commence.

Si le moteur est exposé à de basses températures avant le démarrage, l’huile aura tendance à gagner en viscosité. Or, une huile visqueuse s’écoule plus lentement et le moteur pourrait être endommagé s’il n’est pas bien lubrifié. C’est pour cette raison qu’il faut choisir une huile possédant une faible viscosité à froid si vous êtes exposés à de basses températures. Par exemple, une huile de viscosité 0W peut rester fluide jusqu’à -40 °C et Une huile de 25 W peut rester fluide seulement jusqu’à -15 °C. En choisissant une 25W alors que la température de votre milieu peut descendre en dessous de -8 °C, vous risquez donc d’avoir une huile gelée. Il vous faudra ainsi choisir une huile avec la référence 0W pour éviter ce risque.

 

 

La viscosité à chaud

La viscosité à chaud ou cinématique est mesurée en centistoke, à une température de 100 °C. La viscosité à chaud correspond à une utilisation lorsque le moteur est en action. Dès lors que ce dernier est en forte utilisation, il génère une très haute température.

Une huile normale a tendance à perdre de sa viscosité lorsque la température augmente. Ce n’est pas le cas pour une huile moteur, car celle-ci, synthétique ou semi-synthétique, possède des additifs qui modifient ses propriétés.

Ainsi, même à haute température, l’huile maintient une viscosité optimale. Cette caractéristique lui permet de rester accrochée aux parois des parties mécaniques. Si elle est trop fluide, elle glissera et il n’y aura plus de lubrification. Le moteur sera alors endommagé par les frottements. En outre, un moteur utilisé intensivement doit se servir d’une huile à grande viscosité à haute température.

 

La norme SAE

La notation xWx est une notation de la viscosité d’huile provenant de la SAE. Cette notation est dite multigrade, car elle renseigne sur la viscosité à chaud et à froid du lubrifiant. Une notation du type SAE xW ou SAE x est monograde, car elle ne renseigne que sur une viscosité de l’huile. Selon la notation multigrade, avec un premier chiffre très bas (0) et un deuxième chiffre très haut (60), l’huile serait idéale. Mais en réalité, une huile qui serait notée 0W60 entraînerait une surconsommation.

Le tableau officiel des indices de viscosité de la SAE permet de visualiser le grade des huiles moteur ainsi que la viscosité de chacune selon une température donnée. Par exemple, une SAE 0W possède une viscosité de 6 200 centipoises à -35 °C. Une SAE 20 possède une viscosité minimale supérieure à 5,6 centistokes à 100°.

La SAE est une norme de mesure pour la viscosité d’une huile. Il existe aussi d’autres normes qui qualifient les huiles selon d’autres critères tels que la qualité ou les performances de l’huile. En ce sens, il est également possible d’avoir les normes API, ACEA et ISO par exemple.

 

 

Leave a Reply

avatar
  S'abonner  
Notifier
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...
DMCA.com Protection Status