La meilleure période pour scarifier ma pelouse

Dernière mise à jour: 30.09.20

 

 

Parmi les entretiens nécessaires pour permettre à votre jardin de rester sain, la scarification est l’un des plus utiles. En effet, cette technique permet à votre pelouse de s’aérer et de se fortifier. Cependant, elle n’est à faire qu’à certaines périodes de l’année. Le tout est de savoir quand exactement.

 

 

Qu’est-ce que la scarification ?

Des déchets ont tendance à s’accumuler naturellement au-dessus d’une pelouse même si vous la balayez régulièrement pour la garder propre. Ces déchets sont des résidus organiques, de la mousse et des racines enchevêtrées qui s’accumulent en surface. Ils sont appelés “feutrage” ou “feutre” et forment une surface imperméable au-dessus de votre gazon.

Du fait de ce feutrage, votre gazon sera moins aéré et perdra petit à petit de sa verdure. Les engrais et l’eau auront aussi plus de difficulté à entrer en profondeur. Votre gazon recevra de ce fait moins d’apports nutritionnels et meurt peu à peu. Par ailleurs, l’eau ne va pas atteindre les racines des herbes et finir par stagner en hauteur. Cette humidité favorise la pourriture et la propagation des maladies des plantes. Ce genre de milieu insalubre peut aussi servir de refuge pour divers insectes nuisibles. En somme, le feutrage n’a que des effets néfastes sur votre jardin.

Pour éviter que votre pelouse ne tombe dans un tel état, vous devrez effectuer une scarification. En utilisant un bon scarificateur dans ce cas, vous pourrez empêcher la formation de feutre en aérant le jardin pour qu’il puisse garder son éclat verdoyant. La scarification doit cependant s’effectuer au bon moment au risque de ne pas être concluant et d’engendrer encore plus de dégâts.

 

Quand effectuer la scarification ?

La scarification s’effectue au maximum deux fois par an tout au plus et de préférence, en fin d’hiver et au début du printemps. En effet, durant ces périodes, le sol n’est ni trop humide ni trop sec. Dans le cas où votre jardin est fortement exposé aux rayons du soleil, une seule scarification par an sera suffisante. De plus, les mousses seront plus faciles à enlever lorsqu’elles sont sèches.

Par contre, si votre jardin est plus humide et qu’il dispose d’un sol acide, alors deux scarifications annuelles sont requises. L’humidité et l’acidité sont les deux facteurs favorisant le développement de la mousse sur votre pelouse. Par ailleurs, il n’est pas nécessaire d’effectuer une scarification moins de 6 mois après la dernière opération, car la mousse n’aura pas encore pris le temps de s’accumuler. Une scarification est aussi recommandée lorsque vous envisagez de renouveler votre pelouse. Effectuez cette action lorsqu’il fait chaud de préférence et que l’herbe est suffisamment humide pour faciliter la découpe du scarificateur. Dans ce cas, la mousse devra être suffisamment sèche pour faciliter son arrachement.

Et pour finir, si votre gazon a 2 ou 3 ans, alors une scarification n’est pas nécessaire. En effet, les divers débris organiques n’auront pas encore le temps de se former. De plus, une condition supplémentaire est à respecter avant de se lancer dans la scarification, il s’agit de l’entretien.

 

 

Comment effectuer une scarification ?

Un entretien régulier de sa pelouse est nécessaire avant d’effectuer une scarification. Cet entretien consiste simplement à tondre le gazon et à retirer les débris après la tonte. Veillez aussi à dégager les autres débris tels que les feuilles mortes et les mauvaises herbes lorsque vous procédez à cette opération. Moins il y a de déchets en effet, plus le feutrage sera fin et facile à retirer. Votre pelouse en sera d’ailleurs plus aérée et prête à affronter l’hiver. Après avoir effectué cet entretien, il ne vous restera plus qu’à scarifier.

Divers outils de scarifications sont disponibles pour effectuer cette opération. Si vous disposez d’une petite surface, le scarificateur manuel sera parfait pour effectuer l’opération. 

Pour les terrains plus larges, un scarificateur électrique est plus adapté. L’appareil devra être réglé de manière à ce qu’il ne gratte qu’une partie superficielle en surface. Une profondeur de 2 à 4 cm est recommandée pour ne pas qu’il arrache les racines des herbacées. Dans ce cas, scarifiez en passage croisé, en longueur et en largeur et n’oubliez pas de ramasser les résidus. Vous pourrez ensuite arroser votre pelouse et évitez de la piétiner durant les quelques jours qui suivent. Pour les jardins encore plus larges, les scarificateurs thermiques à gazon sont à privilégier. Vous pouvez consulter des boutiques ou des magasins en ligne pour trouver le meilleur modèle qui vous convient dans ce cas.

Si vous ne savez pas comment effectuer une scarification, alors confiez cette tâche à des professionnels. Plusieurs plateformes mettront à votre disposition des experts du jardinage qui seront ravis de vous aider. Ils pourront aussi vous proposer des conseils pour trouver un modèle moins cher que d’autres, mais tout autant efficace.

 

Que faire après une scarification ?

Après avoir effectué l’opération de scarification, vous pourrez rectifier la structure de votre sol. En effet, celui du jardin va gagner en acidité au fil du temps. Or, cette acidité n’est pas bénéfique pour le gazon qui peut pousser de manière inégale. La solution consiste donc à répandre un amendement calcique tel que la chaux afin de réduire l’acidité du sol. Comme celle-ci est de répartitions inégales, il faudra la mesurer avec un outil spécial à demander dans les boutiques de jardinage, pour trouver un bon équilibre.

Il faudra aussi veiller à ne pas dépasser la quantité maximale de chaux à étaler par m². De la dolomie ou de la cendre de cheminée pourra aussi servir à traiter vos sols acides. Ensuite, répandre du sable facilitera l’écoulement d’eau sur les terrains lourds et argileux.

Un regarnissage de votre pelouse en semant de nouvelles graines sur les zones dégarnies est aussi possible. Vous pourrez ensuite fertiliser le sol avec de l’engrais. Un semi de regarnissage avec des graines de gazons enrobées vous permettra également de soigner votre pelouse dégarnie ou en mauvais état. Pour ce faire, il suffit de rouler le sol et de l’arroser.

Pour terminer, la mousse que vous aurez collectée après la scarification pourra être compostée. Mais uniquement s’il n’a subi aucun traitement chimique. Par ailleurs, en les dispersant dans les arbres, vous aiderez aussi les mésanges à fabriquer leurs nids.

 

 

Quand la pelouse jaunit et commence à se faner

Si votre pelouse se fait piétiner régulièrement, il se peut qu’elle soit plus dégarnie aux endroits où les piétinements sont les plus fréquents. Mais ce n’est pas le seul problème, car il se peut aussi que suite à ces compressions, elle devient de plus en plus compacte et donc moins aérée. Associé à d’autres facteurs tels que la faible luminosité, l’humidité et l’acidité du sol, il peut favoriser la formation de mousse. Cette dernière est une couche imperméable qui empêche les matières nutritionnelles telles que l’eau et l’air d’atteindre le sol qui nourrit le gazon. Ce qui peut provoquer le jaunissement de ce dernier et finir par faner ses feuilles. De ce fait, c’est lorsque la mousse devient trop présente qu’il faudra effectuer une scarification afin de permettre au gazon de respirer.

Mais il n’y a pas que la mousse qui représente une menace pour votre jardin. En effet, les accumulations de résidus tels que les feuilles mortes, les entrelacs de racines mortes et le reste excessif de résidus de tonte sont aussi dangereux pour le jardin. Sur le long terme, la superposition de ces déchets peut former un feutrage qui empêche l’aération du sol et favorise l’accumulation d’eau. D’où la nécessité de procéder à une scarification.

 

 

Quel appareil de scarification choisir ?

Ce n’est pas l’état du sol qui détermine le bon scarificateur à utiliser, même si certaines personnes le pensent. C’est la superficie de votre jardin qui permet de savoir quel outil sera le plus favorable à effectuer le travail. À ce sujet, il existe trois types d’appareils de scarification disponibles sur le marché à savoir, l’appareil de scarification manuel, celui qui est électrique et l’équipement thermique.

Pour les petites surfaces, un râteau ou une fourche permettra de retirer la mousse et d’aérer le sol efficacement. Un certain effort physique sera cependant requis. Pour une surface de 500 m² et moins, un appareil électrique sera plus utile afin de réduire l’effort de manière considérable. Au-delà de 500 m², un appareil fonctionnant à l’essence sera recommandé. N’ayant pas besoin de câble d’alimentation, il pourra opérer sur de longues distances. Pour trouver l’appareil qui convient dans ce cas, il vous suffit de déterminer la taille de votre jardin ainsi que votre budget.

Il faut aussi savoir que certains appareils sont munis de peignes qui grattent la mousse en surface et d’autres disposent de couteaux qui la découpent. En plus de l’action de découpage, les couteaux permettent aussi d’aérer le sol. Si ces outils sont de moindre qualité ou que le sol n’est pas propice à être travaillé, ils pourraient s’abîmer rapidement. De ce fait, pour permettre à ces outils d’effectuer convenablement leurs fonctions, il faudra procéder à la scarification durant des périodes ensoleillées. De cette manière, la mousse sera suffisamment sèche pour pouvoir être retirée facilement. Cependant, le sol devra être suffisamment humide pour permettre aux lames de le lacérer promptement.

Toutes ces conditions sont souvent rencontrées au début du printemps et au début de l’automne. Une scarification est donc recommandée à ces moments de l’année. De ce fait, scarifier un gazon au printemps permettra de retirer le feutrage hivernal. De cette manière, il pourra bénéficier de plus de rayon de soleil et d’aération. Il aura ensuite tout le temps de se régénérer durant l’été. Et comme la mousse et le feutrage feront également de même, le gazon pourra être scarifié en automne pour le préparer à l’hiver. Les débris accumulés durant l’hiver seront de nouveau éliminés au printemps lors de la scarification et ainsi de suite.

Si vous avez des doutes sur quand ou comment faire une scarification, vous pourrez toujours consulter des spécialistes en la matière. Après avoir consulté votre jardin, ils sauront vous conseiller sur les mesures à prendre. De plus, ils peuvent vous offrir leurs services si vous n’avez aucune compétence en la matière ou si vous ne disposez pas de temps pour le faire. En effet, cette tâche peut vous prendre beaucoup de temps, car elle nécessite une certaine attention.

 

 

 

» Vérifiez les articles des années passées

 

À quel moment faut-il scarifier sa pelouse ?

Il faut scarifier la pelouse lorsque celle-ci commence à perdre sa verdure. Cependant, même si le besoin se fait ressentir, il faudra attendre que certaines conditions soient respectées avant de se lancer. Le paramètre fondamental qu’il faudra vérifier dans ce cas, c’est l’état du sol. Il ne doit pas être trop sec et doit avoir un certain taux d’humidité pour en faciliter la manipulation. En effet, trop humide ou trop sec, vous aurez un résultat médiocre ou au pire, vous endommagerez le matériel.

Par ailleurs, il faut un certain temps pour permettre à la mousse et au feutrage de se former. Ce qui implique qu’il faudra laisser un temps de répits à votre pelouse une fois qu’elle est scarifiée avant d’effectuer la prochaine scarification. Autrement, vous ne ferez qu’agresser un peu plus votre gazon. Sur une pelouse de moins de trois ans, la formation de ces couches imperméables est peu probable. Dans ce cas, la scarification ne sera pas nécessaire.

C’est une action à entreprendre si vous souhaitez renouveler votre gazon pour qu’il redevienne vert et sain. Mais avant de vous lancer dans cette besogne, il vous faudra au préalable tondre votre gazon. En le scarifiant par la suite, privilégiez une profondeur comprise entre 2 mm à 4 mm pour éviter aux herbes d’être complètement déracinées. Ensuite, n’oubliez pas de retirer les déchets remontés à la surface pour ne pas causer un autre effet d’étouffement à la pelouse.

Et pour finir, les divers traitements comme l’utilisation d’engrais serviront à regarnir les zones clairsemées suite à l’opération. Semer de nouveau grain ou utiliser d’autres moyens de regarnissage peut aussi servir dans ce cas. Il ne restera plus qu’à arroser régulièrement et à éviter de piétiner le gazon après l’opération pour voir le gazon bien vert et bien fourni à nouveau.

» Vérifiez les articles des années passées

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
DMCA.com Protection Status