fbpx

Machine à coudre : comment gérer les grosses épaisseurs ?

Dernière mise à jour: 21.07.19

 

 

Si vous êtes un jour amené à coudre un tissu doté de plusieurs épaisseurs, vous aimerez sans doute éviter les désagréments qui pourraient en découler. Comme il n’est pas facile de travailler sur ce genre de tissu, vous devrez appliquer les méthodes appropriées et disposer d’une machine puissante et bien équipée pour réussir votre tâche.

 

Le choix des bons accessoires pour équiper la machine à coudre

Normalement, une machine à coudre domestique devrait être aussi efficace qu’un modèle d’atelier lorsqu’il s’agit de coudre des tissus d’épaisseur moyenne. Mais il est possible que malgré toutes vos tentatives, vous ne puissiez venir à bout de certains types de tissus épais. Cela voudra dire que votre machine n’est pas adaptée pour ce travail et qu’il vous faudra utiliser un autre modèle plus performant pour travailler efficacement.

Mais avant d’en arriver à cet ultime recours, vous pouvez tenter quelques ajustements sur votre ancien appareil pour essayer de résoudre le problème. Le plus simple serait de s’équiper d’une aiguille neuve et d’un calibre supérieur. Une aiguille plus épaisse va vous permettre de perforer plus facilement les grosses épaisseurs. Celle-ci devrait donc être d’une taille de 90 à 110 pour éviter qu’elle ne se casse lorsqu’elle traverse le tissu. Ces chiffres correspondent au diamètre de l’aiguille exprimé en centième de millimètre.

Par ailleurs, il faut savoir que le tissage de ces tissus épais est très dense. De ce fait l’aiguille doit être assez solide pour passer au travers sans laisser de trou trop béant. Ce type calibre conviendra parfaitement aux tissus épais tel que le jean ou le cuir. Il faudrait aussi avoir en sa disposition, différents types de pieds adaptés aux diverses épaisseurs de tissus existants.

 

Les autres stratégies à adopter

En fonction du type de couture que vous souhaitez réaliser, certaines astuces seront plus efficaces que d’autres. En appliquant celles qui sont adaptées au type de tissu, vous pourrez coudre de grosses épaisseurs plus facilement. Dans certains cas, ouvrir et recouper les marges peuvent suffire à régler les soucis même si vous vous équipez d’une machine à coudre moins chère que les plus performantes sur le marché. Mais il faut aussi tenir compte des propriétés de la matière pour trouver la solution la mieux adaptée. Par exemple, coudre de la laine n’est pas tout à fait semblable au fait de coudre du cuir même si ces deux tissus sont considérés comme étant épais.

Les épaisseurs peuvent aussi se présenter sous forme d’une superposition de plusieurs couches de matières. Le risque serait alors que le tissu placé directement sur les pieds d’entraînement se déplace plus vite que ceux placés plus en amont. Le tissu peut dans ce cas, être cousu de travers. Pour permettre un déplacement uniforme de la couche d’épaisseur, l’application d’une pression supérieure peut vous aider. Celle-ci va pousser les matières superposées à s’unir pour pouvoir suivre correctement le mouvement du pied d’entraînement. Pour les tissus comme le cuir par contre, il faut faire attention à ne pas appliquer une trop forte pression, car ce genre de matière peut être facilement marqué.

La solidité du fil utilisé doit aussi égaler celle de la matière qu’elle coud pour éviter qu’elle ne se coupe en plein travail. Pour ce cas particulier et sur les tissus rugueux et légèrement collants, il risque de refuser de glisser au contact du pied-de-biche. Diverses astuces comme la mise en applique de scotch sur les surfaces en contact avec le pied-de-biche pourront permettre au tissu de glisser plus facilement pour  ce faire. La meilleure solution reste cependant l’utilisation de pieds spécialement adaptés à ce type de matière.

 

 

Le réglage de la machine à coudre

Tout d’abord, il faut connaître ce qu’est la longueur de point. C’est la distance entre deux perforations du tissu réalisées par l’aiguille. Pour cela, il faut savoir que ce n’est pas la vitesse de la machine qui impose cette longueur. Celle-ci dépend des coups de pédales effectuées par le couturier. En effet, cette longueur est déterminée par le déplacement du tissu. Dans ce cas, plus elle est grande, plus le tissu se déplace facilement. Idéalement, cet écartement devrait se situer entre 3,5 et 4,5 mm. Un paramètre qui devrait être modifiable sur n’importe quelle machine.

Par ailleurs, toutes les machines modernes doivent disposer d’une roulette ou d’un mécanisme permettant le choix de cet ecartement des perforations. En effet, si la distance entre ces points est trop faible, cela pourrait endommager le tissu. Dans le cas contraire, la matière ne se fermera pas correctement. Le cas du cuir est un bon exemple, car les trous dans le tissu fragilisent sa structure si les points sont trop rapprochés.

L’application d’une technique spécifique est également recommandée dans certaines situations, comme le fait de tourner le volant manuellement pour mieux coudre les épaisseurs concentrées sur certaines petites zones. Par contre, il faut éviter de tirer énergiquement sur le tissu en vue de le faire avancer plus rapidement. Cela pourrait, soit endommager votre aiguille soit détériorer la matière.

 

Découvrez ici les meilleures offres de machines à coudre du moment.

 

Le calage et le changement de pied-de-biche

Afin de coudre plus facilement, il est nécessaire que le pied-de-biche soit parfaitement horizontal. Ce qui n’est pas toujours possible si l’épaisseur du tissu à coudre est importante. Dans ce cas-là, sachez que plusieurs techniques sont possibles pour maintenir ce pied-de-biche bien droit. Dans un premier temps, on peut utiliser un calage pour le maintenir à la même hauteur que le tissu. Vous pouvez également coudre en faisant passer toute l’épaisseur du tissu en dessous du pied-de-biche et ensuite reculer petit à petit. Certaines machines sont toutefois dotées de système leur permettant de garder le pied-de-biche toujours horizontal, sans faire passer toute l’épaisseur du tissu en dessous de celui-ci.

Une autre solution qui permet d’empêcher le tissu de glisser lorsqu’il passe sous la machine et de changer le pied-de-biche d’origine avec un autre, à double entraînement. Cet élément permet de déplacer le tissu de manière uniforme en compensant le déplacement des pieds d’entraînement. Le mouvement du tissu se fera ainsi, à la fois par le haut et par le bas pour l’empêcher de désempiler.

Ce type de pied-de-biche est doté de griffes lui permettant de saisir une plus grande zone de tissu à entraîner. Son principe de fonctionnement est simple, quand l’aiguille s’abaisse pour pénétrer la matière, une tige s’abaisse pour permettre aux griffes du pied de s’élever. Ensuite, quand l’aiguille remonte, les griffes redescendent pour stabiliser le tissu et faciliter son glissement. À part cela, il y a aussi les pieds en téflon qui sont très efficaces ainsi que les pieds rouleau qui sont parfaits pour les toiles cirées.

 

 

Leave a Reply

avatar
  S'abonner  
Notifier
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...
DMCA.com Protection Status